Le confinement générateur de solidarité et de créativité

Le confinement annoncé par le gouvernement pour stopper la propagation de l’épidémie de coronavirus est peut-être l’occasion de redécouvrir l’importance de nos liens. C’est le moment de s’intéresser aux personnes les plus fragiles en ces temps difficiles, d’inventer une autre manière de cultiver ses relations, de découvrir des formes de créativité et une manière plus équilibrée de s’alimenter, le moment aussi peut-être de se reconnecter à l’essentiel. De nombreux élans de solidarité se manifestent.

 

Les actions de solidarité se multiplient en Polynésie. On rappellera ici que le développement durable constitue un mode de développement équilibré des activités humaines en faisant coïncider efficacité économique, préservation de l’environnement et équité sociale. L’objectif global est de répondre aux besoins du présent sans compromettre l’avenir des futures générations. Cette crise vient nous le rappeler opportunément…

SOLIDARITE

+ Le Pays a lancé une plateforme fédérant les bénévoles pendant la crise liée au Covid-19. Mais elle ne permet pas de faire des dons d’argent. La fondation Anavai, qui n’a pas encore un an d’existence, a lancé une cagnotte sur sa plateforme en ligne, qui a déjà collecté plus de 2 millions de francs CFP. Un appel à faire des dons afin d’aider ceux qui sont socialement le plus durement affectés par la crise du coronavirus.

Solidarité : Anavai collecte plus de cinq millions cfp (Polynésie 1ere)

Fondation Anavai : une cagnotte au service des personnes touchées par la crise sanitaire (Radio 1)

+ Cinq cents familles dans le besoin ont été recensées sur l’île de Huahine. De nombreux élans de solidarité se manifestent ça et là pour venir en aide aux familles les plus en difficulté. Certains collectent des fonds destinés à des associations caritatives, d’autres des denrées alimentaires et les municipalités se mobilisent.

Distribution de denrées alimentaires à Huahine(Polynésie 1ere)

+ Aux Marquises, un groupe de pêcheurs de Taiohae a attrapé près d’une demi tonne de poissons pour la distribuer aux familles démunies de Nuku Hiva.

Pêche solidaire à Nuku Hiva (TNTV)

+ À Raiatea, le Centre des Jeunes Adolescents (CJA) de Vai’aau, en accord avec l’inspecteur, se mobilise aussi pour venir en aide aux familles nécessiteuses. Son objectif est d’offrir sa production agricole tant qu’il lui sera possible. Au CJA de Tumaraa, les enseignants se serrent les coudes pour entretenir les platebandes de légumes de leurs élèves. Plutôt que de la laisser pourrir, ils ont pensé offrir la production aux familles nécessiteuses.

Élan de solidarité au CJA de Tumaraa (TNTV)

+ La distribution des « Caddie du cœur » de la commune de Paea a eu lieu ce jeudi 16 et vendredi 17 avril. Une opération financée par la commune et à destination de 650 familles démunies.

Opération « Caddies du cœur » à Paea (Polynésie 1ere)

+ A Papenoo, il a été dénombré plusieurs dizaines foyers en détresse alimentaire. Pour leur venir en aide, et en toute discrétion médiatique, un collectif de citoyens s’est mobilisé et a décidé d’aider ces familles au moins durant ces jours de confinement et en attendant l’aide du Pays…

 

PEDAGOGIE

+ Le confinement génère de la créativité chez certains d’entre nous. Le concours « Tahiti/Art en confinement » est fait pour ceux qui veulent partager le fruit de leur créativité. Ce jeu-concours a été lancé sur Facebook par le le ministère de la Culture, la Maison de la culture – Te Fare Tauhiti Nui et le musée de Tahiti et des îles – Te Fare Manaha en partenariat avec Tahiti Nui Télévision. Au programme : arts graphiques, sculpture, audiovisuel, création musicale.

Un concours d’art pendant le confinement (TNTV)

+ Pour distraire les enfants en cette période de confinement, vous pouvez aussi les « cultiver » dans le jardin. L’idée, si vous le pouvez, est de changer leur routine en leur apprenant comment faire pousser des fruits et des légumes.

Confinement : comment occuper ses enfants dans un fa’a’apu (TNTV)

+ La Fondation agir contre l’exclusion (FACE) Polynésie a lancé un appel aux dons de matériel informatique pour permettre aux enfants de familles démunies de Tahiti et Moorea d’avoir accès aux outils de continuité pédagogique.

Appel aux dons pour l’équipement informatique des élèves polynésiens (TNTV)

Du matériel informatique pour la continuité pédagogique (Tahiti Infos)

+ Alors que la continuité pédagogique est prolongée au moins juqu’au 29 avril prochain, la DGEE (Direction Générale de l’Education et des Enseignements) a annoncé le mercredi 15 avril que les médias, télés et radios, prendront le relais des livrets à compter de lundi 20 avril. (…) La DGEE a reconnu des problèmes de connexion avec les élèves, lors de cette première quinzaine de continuité pédagogique. La DGEE estime que seuls 40 à 60% des élèves sont connectés.

Continuité pédagogique : les télés et radios vont prendre le relais (Polynésie 1ere)

A noter cependant la réaction de La Dépêche de Tahiti dans l’édito de son édition “papier” du mardi 21 avril et que notre blog AvA-Infos relaie ici puisqu’elle pose une problématique réelle.

Depuis le début du confinement et l’arrêt des cours, le quotidien s’était proposé « comme partenaire avec la DGEE (Direction générale de l’éducation et des enseignements) pour, a minima, proposer des exercices pour les enfants des écoles primaires. Un devoir d’information et d’apprentissage que nous nous faisions fort de respecter pour que les enfants puissent continuer à avoir un support écrit pour travailler et réviser », explique le rédacteur en chef qui regrette : « Depuis, la DGEE et la ministre de l’Éducation, Christelle Lehartel, ont changé de braquet, préférant coller les enfants devant la télévision et internet à l’heure où, justement, il est urgent de “déscotcher”les enfants des écrans. Sans parler des manques de moyens de nombreuses familles en matière d’internet, d’ordinateurs, d’imprimantes, et parfois même d’électricité, et malgré aussi les déprogrammations des chaînes de télé pour cause de conférence de presse et autres, on imagine déjà les enfants regardant d’un œil distrait les images pendant que leurs parents sont occupés à autre chose. Une mesure qui donne bonne conscience tout au plus.»  Le mardi 21 avril, La Dépêche a publié ses six dernières pages d’exercices, validées par la DGEE, et explique réfléchir désormais « à une nouvelle offre, si elle est possible, parce que la lecture, l’écriture et le calcul, désolé, mais ce n’est pas sur un écran plat que cela s’apprend, à moins que, dès 2021, plus aucun livre ne soit distribué et que seule la tablette prenne place dans les cartables. »

 

ALIMENTATION

Le confinement change nos modes de vie et notamment notre alimentation. Nous n’avons pas accès aux mêmes produits, nous avons de nouvelles contraintes, mais aussi plus de temps pour cuisiner. Plus d’explications avec Teuri Teururai-Ly Kui, diététicienne et nutritionniste, membre de l’Association des Diététiciens de Polynésie française.

Bien s’alimenter pendant le confinement : penser à s’organiser (TNTV)

Le vendredi 17 avril, deux bus de la commune de Faa’a ont sillonné les quartiers pour vendre des légumes et du poisson du lagon. Une façon d’éviter à la population de se déplacer, tout en soutenant le secteur primaire. Le concept du « food truck » a été lancé le 17 avril à Faa’a. Les deux bus remplis de fruits et légumes ont fait le tour des grandes artères de la commune pour écouler la production des agriculteurs. Une opération qui vient s’ajouter à celle des market drive.

Foodtruck de Faa’a : quand les légumes prennent le bus (Polynésie 1ere)

Fruits et légumes : après le market drive, le food truck (TNTV)

787 paniers vendus lors du premier “food truck” à Faa’a (Tahiti News)

AvA-Infos, ouvrons nos regards à la planète

Les News du fenua durable
actualités, revues de presse