Colloque : « Faire reconnaître les atteintes à la santé et à l’environnement comme crime contre l’Humanité »

Le samedi 14 novembre, à Paris au siège de l’UNESCO, était organisé le Colloque anniversaire des dix ans de l’Appel de Paris. Cet Appel, signé en 2004 par de très nombreuses personnalités scientifiques, l’ensemble des Conseils de l’Ordre des médecins des vingt-cinq États-membres de l’Europe de l’époque, 1.500 ONG et 350.000 citoyens européens, propose de « faire reconnaître les atteintes à la santé et à l’environnement comme crime contre l’humanité » 

« Faire reconnaître les atteintes à la santé et à l’environnement comme crime contre l’humanité : Quelle stratégie ? Comment s’organiser ? » Outre la commémoration de L’Appel de Paris, ce colloque avait pour objectif de dresser un état des lieux de la situation sanitaire face au risque chimique, dix ans après ; mais aussi d’intègrer la pollution électromagnétique comme risque sanitaire majeur émergent, en s’appuyant sur les meilleurs experts scientifiques internationaux sur ces sujets. Il réunissait, aux côtés des initiateurs de cet Appel, des personnalités scientifiques, politiques et juridiques pour travailler de concert à faire reconnaître par la Cour pénale internationale la pollution comme crime contre l’humanité, devant la gravité de la situation.

Ce colloque était organisé en trois sessions (voir le programme)

  • L’espèce humaine en danger : les preuves scientifiques  
  • Dérives sociétales et déni politique
  • La Science au service de la Justice, la Justice Pénale au secours de l’Humanité

Il en est ressorti trois constats :

1 – que la plupart des maladies sont causées par la pollution chimique ; 


2 – qu’en raison de cette pollution, l’enfance est en danger ;

3 – et que si nous continuons à polluer l’environnement comme nous le faisons, c’est l’espèce humaine elle-même qui se met en danger.

Voir sur le site Reporterre.net la présentation du Pr. BELPOMME, l’un des fondateurs de l’ARTAC (l’Association pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse). « Les pollutions et destructions de la nature les plus graves, parce qu’elles ont pour conséquence la survenue d’une atteinte à la santé, à la vie (faune et flore comprises) et à la survie des générations futures, doivent être considérées comme de véritables crimes et donc sanctionnées pénalement« , y explique le cancérologue à l’origine de l’Appel de Paris.

Une dizaine d’organisations ont lancé un appel mondial appellé « Charte de Bruxelles » (lire le texte ici) qui demande officiellement la création d’une Cour pénale européene et internationale pour l’Environnement et la Santé, pour en finir avec l’Écocide sur Terre. La Charte demande la reconnaissance des crimes environnementaux – dont les atteintes à la santé – comme crimes contre l’Humanité et la Paix par les Nations Unies et est maintenant ouverte à signature des citoyens et des associations. Elle sera officiellement remise au Secrétaire Général des Nations Unies, monsieur Ban Ki-Moon, au plus tard lors de la COP21 sur le Climat en décembre 2015 à Paris.

En savoir plus sur Actu-environnement : Trente-cinq propositions pour sanctionner les crimes contre l’environnement

AvA-Infos, ouvrons nos regards à la planète

Les News du fenua durable
actualités, revues de presse